[Que voir?] : Parce que c’était lui : Montaigne & La Boétie

Après l’article de ce matin sur la dernière BD sortie, j’avais envie de vous présenter la pièce de théâtre que j’ai vue la semaine dernière à la Comédie Claude Volter, je vous avais déjà présenté une autre pièce ici il y a un mois.

la-boetie-montaigne-piece-de-theatre-comedie-claude-volter-soiree-weekend-janvier-2017-que-faire-que-voir-bruxelles-woluwe-st-pierre-famille-philosophie-amuser

HISTOIRE : 

Deux personnages que tout oppose et qui pourtant furent des amis très proches. Michel de Montaigne était royaliste et chrétien, Etienne de La Boétie, révolutionaire et anarchiste.

Montaigne  (1533 – 1592) était un écrivain philosophe humaniste, auteur des “Essais” . Très jeune il se lia d’amitié avec Etienne de la Boétie ((1530 – 1563), jeune magistrat humaniste.

La pièce nous présente un dialogue imaginaire entre Montaigne et le spectre de La Boétie revenu le hanter 30 ans après sa mort.

L’histoire se passe en pleine guerre des religions, opposant catholiques et protestants en France. Montaigne était catholique et joua  secrètement le rôle d’intermédiaire entre Henri III (catholique lui aussi) et Henri de Navarre, future Henri IV (protestant) afin de tenter de mettre un terme aux conflits de religion et de succession au trône.

Leur amitié fut très célèbre, Montaigne l’évoqua dans un chapitre des Essais, il l’explique par la fameuse phrase “parce que c’était lui, parce que c’était moi”. Pourtant le dialogue est teinté de disputes et de colère, La Boétie reprochant à son ami vieillissant d’avoir trahi leurs idées, par sa tolerance et ses compromis, d’avoir renoncé à la vision d’utopie de leur jeunesse et surtout de ne jamais avoir publié son oeuvre (Discours de la Servitude Volontaire) dans les “Essais”.

Montaigne, à present un vieil homme est véritablement  hanté par ces questions, et chaque nuit lorsqu’il s’endort, le spectre de la Boétie lui apparait, jeune homme tel qu’il était, et lui demande des comptes. L’opposition des deux personnages est interpellante et leurs propos résonnent de façon troublante avec l’actualité. La Boétie est tout en fougue, anarchie, virulence et reproches, alors que Montaigne est compromission, sagesse et pacification au milieu des luttes de pouvoir, à la veille de l’assassinat du Duc de Guise (défenseur de la foi catholique), sur odre d’Henri III.

Le troisième personage de la pièce est Marie de Gournay, une des premières féministe (si pas la première) idéaliste, passionnée et amoureuse de Montaigne.

la-boetie-montaigne-piece-de-theatre-comedie-claude-volter-soiree-weekend-janvier-2017-que-faire-que-voir-bruxelles-woluwe-st-pierre-famille-philosophie-amuser

AUTEUR ET METTEUR EN SCENE :

Jean-Claude Idée.
On lui doit près de 200 réalisations, dans la plupart des grands théâtres francophones de Belgique, il est également reconnu à Paris, mais aussi au Québec et au Sénégal. Il est également auteur, comédien et professeur au Conservatoire royal de Bruxelles.

ACTEURS :

  • Emmanuel Dechartre (Montaigne)
  • Dominique Rongvaux (La Boétie)
  • Katia Miran (Marie de Gournay)

la-boetie-montaigne-piece-de-theatre-comedie-claude-volter-soiree-weekend-janvier-2017-que-faire-que-voir-bruxelles-woluwe-st-pierre-famille-philosophie-amuser

MON AVIS : 

J’ai vraiment aimé le dialogue entre les personnages, la dynamique entre les trois personnages fonctionne très bien. Leurs caractères sont complètement opposés et pourtant on sent que quelque chose de très fort les rapproche, leur humanisme.

La Boétie est vraiment incarné avec force, idéalisme et ferveur, Dominique Rongvaux incarne merveilleusement tout cela.

Montaigne (Emmanuel Dechartre) est touchant, on perçoit combien il rassemble toutes les forces restantes de son personnage pour mener à bien sa mission, accomplir le bien pour la paix du pays, et accepter la douceur, la fraicheur et l’amour que lui offre avec beaucoup de sincérité et de conviction Katia Miran dans le rôle de Marie de Gournay.

En toute sincérité le contexte historique ne m’était pas vraiment familier au départ, donc il m’a fallu un petit moment pour complètement entrer au coeur du sujet, mais j’ai rapidement été plongée dans l’histoire et  comme je le disais, la résonnance avec l’actualité donne une dimension supplémentaire au débat. C’est un débat de société tout à fait actuel, entre anarchie, tolerance, utopie et compromis, et aussi ce qui sépare l’idéalisme de la jeunesse et le chemin parcouru en fin de vie.

J’ai noté aussi avec plaisir les costumes d’époque que j’ai trouvé très réussis.

Les décors tout en sobriété et couleurs douces et sombres laissent tout l’espace aux personnages et à leurs réflexion, en parfaite harmonie.

Pour la petite anecdote, vous pourriez faire de très jolies rencontres au théâtre, pour ma part, j’ai rencontré Jean Van Hamme, le scénariste de Largo Winch et Bernard Swysen, auteur de la BD sur Victor Hugo…

Je vous annonce déjà la prochaine pièce « Le jeu de l’amour et du hasard » qui sera jouée du 22 au 26 février et une deuxième fois du 7 au 26 mars…

Bref, n’hésitez pas à courir aller la voir ce week end !

Belle soirée,

Charlotte…

2 réflexions sur “[Que voir?] : Parce que c’était lui : Montaigne & La Boétie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s